Le trail des rochers à Nogent sur Oise est un trail nocturne dont le départ a lieu à 17:30.
Il existe 3 formats:
Le trails kid’s (parcours enfant)
Le 15km La P’ptit Trotaloui’s (D+400)
Le 26km La Grande Régis (D+600)

J’apprends l’existence de ce trail une semaine avant la date. Mes amis (bénévoles) m’expliquent que la course est sympa.
Ne m’étant pas préparé à cet évènement, je décide de m’y inscrire dans l’objectif de prendre de l’expérience (LFR/crampes musculaires).
Suite à l’annulation du semi de boulogne billancourt, je voulais participer à une dernière épreuve pour cette année 2015.

J’arrive vers 16:30 au gymnase afin de m’inscrire. Les formalités se font rapidement. A l’accueil, les bénévoles sont efficaces et aimables. Je remplis le formulaire d’inscription, présente ma licence FFA puis je règle mon dû 🙂

Pour ce trail nocturne, j’opte pour un cuissard D4, un maillot hiver de compression manche longue, un gilet sans manche, gants hiver D4, et un buff D4 (que je transforme en bonnet). A mes pieds: MERREL BARE ACCESS TRAIL GTX, chaussettes de compression D4.
météo: temps sec, t°=8-9°C
Bilan: Je voulais être léger avec un bon confort de course. Objectif atteint.

flyer trail des rochers 2015

flyer trail des rochers 2015

L’heure du départ arrive.
Depuis le gymnase, on traverse une zone urbaine pour nous diriger vers la ligne de départ (qui se trouve à 5mn), en footing. Juste ce qu’il faut pour s’échauffer.
Le top est donné peu après 17:45.

On est 260 coureurs.
Je savoure l’ambiance de nuit. les frontales sur les têtes. Des camarades de course souriant. Certains discutent, rigolent. Bref j’ai la banane.
Au tout début (sortie du tunnel), il y a un passage délicat (pour les performeurs) à négocier. une zone de bouchon dû à un escalier où deux piétons peuvent à peine se croiser. Ensuite l’espace est à nous. Au fil des kms, le silence prend place.

On partage la première partie de ce trail avec les coureurs du 15km. On les laissera pas loin de leur ligne d’arrivée (qui sera ensuite la notre). Sur la seconde partie, c’est là que je me rends compte qu’on n’est pas si nombreux sur le format 26km. Une courte pause au ravitaillement du KM15 et en repartant, une petite surprise des organisateurs. Une belle montée où je mets les mains à contribution. Je n’imagine pas la galère s’il avait plu. Mais vu la qualité de l’organisation, j’imagine bien une corde pour aider.
C’est à ce moment que je m’aperçois que le balisage est vraiment bien fait. Surtout entre les arbres. Il y a peu de chance de se tromper. Chapeau aux organisateurs.
Je cours cette partie presque seul au monde dans la nuit noire. L’esprit léger.

Côté ravito: km7 et km15.
de l’eau, carrés de chocolat noir, raisins secs. Je prends le temps de boire et de prendre un peu de force.
Message aux coureurs débutants: je conseille de prévoir vos propres réserves énergétiques et hydriques (isotoniques). Les ravitos sont plutôt légers pour les coureurs peu expérimentés (comme moi). Ceux qui ont l’habitude ont ce qu’il faut sur eux. J’ai eu de la chance d’être en mode test 🙂
La collation de fin de course est bien. Il y a ce qu’il faut pour restocker du glycogène.

Bilan physique:
En plus des ravitos, je bois régulièrement des petites gorgées de ma boisson isotonique et 1 abricot sec. Je commence aussi à taper dans la barre isostar (pour gérer). Au KM18, je ressens les premières tensions musculaires. Je consomme de plus en plus souvent pour alimenter mes muscles en sucre rapide.
Je bois pour accélérer la diffusion du sucre dans le sang. En alternance, gel, barre, abricot. Je termine par une compote au KM24.
J’ai eu deux périodes ‘délicates’ où des crampes sont arrivées. Pour la première: je marche 15 secondes et avale mon gel. Je repars.
La seconde (aux deux mollets) a lieu avant le dernier virage de la ligne d’arrivée. Je marche à nouveau (30 secondes). Mes amis m’accompagnent depuis 1 minute pour terminer. L’un d’eux me rappelle de bien conserver la foulée. Je pense au LFR. Je reprends les fondamentaux. Cela m’aide à terminer à une allure correcte en souffrant moins.

Conclusion
J’ai pris du plaisir lors de ce trail. La nuit, le parcours technique, l’ambiance, les bénévoles, l’organisation: les ingrédients pour un bel évènement.
J’apprécie peu les parcours à plusieurs boucles. Quand je peux, je les évite. Néanmoins, lors de ce trail nocturne des rochers, on n’a pas l’occasion d’observer la nature. L’essentiel est ailleurs 🙂
Pour sa seconde édition, ce trail des rochers a rempli sa mission de fournir un évènement agréable et technique tout en prenant soin de la sécurité des traileurs.
Un clin d’oeil à mes deux amis Julien et Fabien qui m’ont attendu pour m’aider à finir 😉