Base d’une foulée medio-pied, la cadence est un élément essentiel pour bien adopté cette technique.
Essayer d’accrocher les 180 pas par minute est un des premiers objectifs.
Il y a quelques mois, j’avais fait une première tentative; sans succès. Je ne pouvais soutenir une allure aussi rapide.

Je lis l’été dernier le livre de Solarberg Séhel.
Je comprends alors qu’on doit dissocier le travail de la cadence de celle de l’allure.
C’est donc parti pour une séance en EF 140bpm croisée avec une cadence proche des 180ppm.
Je constate rapidement que cadence et allure peuvent être dissociés facilement.
Dans un premier temps, les foulées sont courtes, les pieds rasent le sol. Au fil des séances, je m’aperçois que ma foulée est plus efficace.

Pour imprimer cette cadence de 180, deux solutions:
soit on utilise un métronome numérique via son smartphone (il existe des applis gratuites)
soit (c’est ce que j’ai fait) on mémorise un rythme de 180bpm en comptant de manière répétitive jusqu’à 4.
Une fois à la maison, il n’y a plus qu’à consulter les données relevées par la montre afin de suivre les progrès.

En commençant ces séances de travail sur la cadence, j’étais un peu perdu au niveau de mes allures lors des séances de fractionné. En fait, tout est rentré rapidement en ordre. J’ai des camarades de course qui m’y ont aidé. J’ai simplement suivi leur allure en restant concentré sur la fréquence de ma foulée.

Lors de l’apprentissage, l’idée est de bien comprendre que le 180ppm doit pouvoir être décliné quelle que soit votre allure de course. Aussi bien à faible allure qu’à allure plus rapide 😉